Annulation pour cause de confinement - Atelier international Poligrafaria 2

Cet atelier international est organisé au sein de l’équipe d’accueil IRIEC, en collaboration avec l’Équipe d’Accueil CLEA (Université Paris-Sorbonne). Il est le second volet d’une série de trois ateliers portés par le projet « Poligrafaria » (https://poligrafaria.hypotheses.org , coord. Aude Plagnard et Joseph Roussiès), destinée à préparer un ouvrage collectif sur la question des stratégies d’écriture polygraphiques. Le premier volet a eu lieu en avril 2019, dans le cadre d’un cofinancement entre l’IRIEC et le CLEA. Le CLEA financera le troisième volet, tandis que l’IRIEC prend en charge le second.

Le projet « Poligrafaria » documente et analyse les stratégies politiques, littéraires et auliques d’autopromotion de Manuel de Faria e Sousa, un auteur polygraphe de la première modernité (né au Portugal en 1590 et mort à Madrid en 1649). Cet auteur – souvent connu pour être le premier grand commentateur de l’œuvre de Camões, admirateur et ami de Lope de Vega, entre autres –, présente la singularité d’évoluer dans le champ d’une République des Lettres qui se trouve à la charnière des traditions littéraires et des cours portugaises et espagnoles à une époque où ces deux empires étaient réunis sous la couronne des Habsbourg d’Espagne, entre 1580 à 1640. La première journée s’est intéressée aux stratégies d’autopromotion déployées par Faria e Sousa dans l’écriture autobiographique et manuscrite. La troisième s’intéressera spécifiquement à son œuvre de commentariste et à l’autorité multiple déployée dans ces textes.

Les journées d’études organisées à Montpellier en 2020, avec le concours de l’IRIEC, sont centrales dans la démonstration dans la mesure où elles s’intéressent, directement cette fois-ci, aux œuvres de Faria e Sousa. L’historiographie et la poésie, comparées entre elles notamment du point de vue du style, des sources et des positionnements politiques et courtisans, constitueront le cœur de la réflexion. La rencontre de Montpellier se déroulera sur une journée et une matinée et réunira huit chercheurs venus du Portugal, d’Espagne, d’Italie, du Royaume-Uni et de France pour une dizaine d’interventions au total, suivies d’une table ronde.