Projets de recherche

       ANR D4R : Dissidences religieuses et réception de la Réforme à la Renaissance en Espagne (XVIe s.)

Le projet ANR Dissidences religieuses et Réception de la Réforme à la Renaissance en Espagne (XVIe s.) (dorénavant D4R) poursuit un double objectif en Humanités numériques : d'une part, le traitement d’un corpus du XVIe s. sur la Réforme en Espagne et, d'autre part, la mise au point d’un outil pour interroger de d’importantes masses documentaires, dans une perspective historique. Ce nouvel outil entend devenir un auxiliaire des chercheurs à l’heure d’exploiter des corpus textuels hétérogènes en histoire, en disposant d’outils d’annotation et d’interrogation des masses documentaires. Le projet D4R, qui réunit des historiens, linguistes et des informaticiens français et espagnols vise à rendre possible l’exploration dynamique d'un corpus documentaire constitué (sources inquisitoriales, d’une part, et traités de spiritualité, de l’autre) par le biais d’une plate-forme numérique. Cette dernière, en mettant à disposition un algorithme et une ontologie évolutive, offre une aide semi-automatique au traitement de données parcellaires et de sources documentaires hétérogènes.

Proposition de contrat doctoral  36 mois

        e-Reforma

Le projet e-Reforma entend constituer un corpus de documents d’archives et de textes afin d’analyser la réception des idées réformées en Espagne et au Portugal, dans différents cercles lettrés et populaires. Il vise également à appréhender, au temps de la Réforme, les processus d’appropriation et de réappropriation des contenus doctrinaux du protestantisme  dans les territoires des deux monarchies ibériques. Le projet e-Reforma vise, enfin, à replacer ces questions confessionnelles dans le cadre d’une sensibilité religieuse propre aux nouveaux-chrétiens dans l’Espagne et le Portugal au Siècle d’or.
Le projet e-Reforma vise à alimenter ces axes au moyen de diverses briques  et à la constitution d’outils en ligne pour offrir de nouveaux instruments pour la recherche.
        - Pour en savoir plus: https://www.e-reforma.eu/


         Poligrafaria

Se faire une place dans la République des Lettres madrilène au temps de Philippe III et Philippe IV, en écrivant en portugais, en espagnol ; prendre position dans les polémiques littéraires, historiques et scientifiques, même, du temps : voilà qui caractérise l’orgueilleux et prolifique Manuel de Faria e Sousa. Le projet “Poligrafaria” se propose de documenter et d’analyser les stratégies politiques, littéraires et courtisanes de promotion d’un auteur polygraphe de la première modernité.
Le projet prend date en avril 2019 et est destiné à se prolonger sur deux ans (2019-2021). Il réunit une équipe internationale et pluridisciplinaire autour de la publication d’un ouvrage de synthèse sur l’auteur et de plusieurs éditions numériques d’une partie de son corpus. Sur ce blog, nous rendons compte des avancées du projet dans les deux langues des sources convoquées, l’espagnol et le portugais, et offrons à un public élargis des outils pour appréhender cette figure d’écrivain-passeur entre Espagne et Portugal.
        - Pour en savoir plus https://poligrafaria.hypotheses.org/