DELACOURT Claire

Statut : 
Doctorant
Equipe de recherche : 
INSTITUT DE RECHERCHE INTERSITE ÉTUDES CULTURELLES- MONTPELLIER
>Contactez moi

Axes de recherche :

Ecriture de la violence dans la littérature mexicaine contemporaine, représentations du visage en littérature, littérature documentaire et non-fictionnelle.

Thèse en préparation :

"Décrire, réécrire Ayotzinapa", sous la direction de M. Karim Benmiloud, depuis le 03/10/2018.
Cette étude se centre sur 5 ouvrages qui font la part belle au récit et portent une même ambition : construire une mémoire collective autour d'Ayotzinapa, à travers le récit de la nuit du 26 septembre 2014, le récit de la lutte des familles et rescapés pour la justice et les portraits des victimes. Ces ouvrages sont les suivants : Ayotzinapa: horas eternas (2015) de la journaliste Paula Mónaco Felipe, Fue el Estado: los ataques contra los estudiantes de Ayotzinapa (historia oral de la infamia) (2016) du journaliste John Gibler, Ayotzinapa, la travesía de las tortugas: la vida de los normalistas antes del 26 de septiembre de 2014 (2015) du collectif de journalistes « Marchando con letras », Ayotzinapa: el rostro de los desaparecidos (2015) de l'écrivain Tryno Maldonado et Procesos de la noche (2017) de la poétesse Diana del Ángel. La construction du récit est au cœur de notre analyse car elle constitue un enjeu crucial dans une affaire loin d'être élucidée à ce jour. Nous analysons ainsi l'émergence du discours des victimes à travers ces écrits ainsi que l'hybridité générique qui les définit puisqu'elles empruntent tour à tour à la chronique, l'essai ou encore la fiction sur le plan de la construction des personnages et du récit. Nous étudions leurs stratégies de narration au regard de cette tension créée par la coexistence de deux champs distincts de l'écriture : le journalisme et la littérature, et du positionnement de l'auteur·e, journaliste ou écrivain·e, face à la mise en récit du fait réel. Enfin, au travers de ces œuvres, nous questionnons le sens et la place d'Ayotzinapa dans la société mexicaine actuelle tout en interrogeant la capacité du récit à participer au « processus de réconciliation dans le pays » qu'appelle de ses vœux l'actuel sous-secrétaire aux Droits Humains du gouvernement mexicain, Alejandro Encinas.